manub

CONTENU-E | MENU-E | PERDU-E

Mes sous tombent de mes poches
On dirait que je suis riche

dimanche 31 octobre 2010

Absence[s] Emmanuel Bossennec - Exposition à la Galerie Absoluty

Du 29 novembre au 12 décembre 2010
Tous les jours de 13h à 20h
3, rue Eugène Varlin - 75010 Paris

Lire la suite

lundi 11 janvier 2010

2010 - Passages | Pas sage | Passe âge | Pas ça, Je !

lundi 14 décembre 2009

Absence[s]

Absence[s] -- http://www.absence-s.com

Les symboles de l'absence sont les signes de la présence.

lundi 28 septembre 2009

A propos de l'exposition à la Galerie du XVIème

Comme une avancée à tâtons dans les ténèbres, la trace de peinture est un toucher qui fait durablement émerger du néant ce qu'elle rencontre.

Lire la suite

EXPOSITION / Invitation au vernissage

Emmanuel Bossennec a le plaisir de vous inviter au vernissage de son exposition à la Galerie du XVIème,
le jeudi 8 octobre 2009 à partie de 19h30.

Au cours de la soirée du vernissage, nous aurons le plaisir d'écouter les Duos pour violons de Bartók, interprétés par Cyrielle Devriese et Dona Borel.

Lire la suite

Emmanuel Bossennec / Exposition à la Galerie du XVIème

EXPOSITION / GALERIE DU
XVIÈME / DU 8 AU 21 OCTOBRE
2009 / TOUS LES JOURS DE 14H A 20H /
ENTRÉE LIBRE

Lire la suite

dimanche 26 avril 2009

Derniers référencements

Les actualités sur mon site : Annonce de l'exposition :
Emmanuel Bossennec - Actualités : Exposition à la Galerie Absoluty

La page de l'exposition sur le site de la galerie :
http://www.absoluty.com/exposition/le-gout-de-l-etre.asp

L'article à propos de l'exposition sur le site Objetdeco :
Emmanuel Bossennec - Le goût de l'être

L'annonce de l'exposition sur le site Spectable.com
Spectable.com : Emmanuel Bossennec - Exposition "Le goût de l'être"

L'annonce de l'exposition sur le site paris.evous.fr :
Emmanuel Bossennec : Le goût de l’être à la Galerie Absoluty

L'annonce de l'exposition sur Craigslist
4/23-5/7: Emmanuel Bossennec : Exposition "Le goût de l'Etre" (Galerie Absoluty)

La page de l'exposition sur le site A comme artiste
Emmanuel Bossennec expose à la Galerie Absoluty à Paris

Le communiqué de presse de l'exposition sur le site Communiqués de presse Art / Culture
Emmanuel Bossennec - Le goût de l'être : Exposition à la Galerie Absoluty

La page de l'exposition sur le site Art11
Le goût de l'être - Emmanuel Bossennec

L'annonce de l'exposition sur le site Vivastreet :
Emmanuel Bossennec Exposition à la Galerie Absoluty

vendredi 24 avril 2009

Le goût de l'être (version longue)

Je comprends ma peinture comme une interrogation sur l'être, ou plutôt une rencontre avec l'être, qui tient à la fois de la fabrication et de l'heur. La toile peinte correspond à l'aboutissement [transitoire] du désir au travail dans la matière picturale – elle est un processus sédimenté [un être devenu].

Au départ [au commencement...], la toile est un silence indéterminé. Le désir s'y produit comme une intentionnalité vague, qui provoque ce silence afin de l'amener à l'expression – de lui donner la parole.
Peindre, c'est, pour moi, chercher à faire coïncider ce que vise le désir et ce que la matière permet [c'est donner une chair au désir]. Lorsque je peins, j'essaie d'être attentif à ce qui se passe au cours du travail, afin de lui permettre de soutenir le désir dans sa trouée vers la forme. Il ne s'agit pas tant d'une mise en retrait que d'une mise à l'écoute.
Chaque fois, la peinture tend à réaliser une harmonie qui se présente avec la même évidence qu'un être en première personne. [La toile est un être humain symbolique et artificiel – chiropoïète]. Elle adhère au mythe de la singularité, non pas en tant qu'originalité, mais en tant que capacité à tenir la place de sujet parlant. La toile peinte tend selon moi à l'achèvement d'un être singulier [inachèvement] et peindre, c'est me mettre au service de cette possible singularité.
Ceci demande de développer une écoute dont l'organe réside dans le travail de la matière picturale [peindre est un « se faire »]. Par le pinceau – par les instruments qui tracent – le désir investit la couleur, les pigments, les liants, les colles qui font la chair du tableau. Par le pinceau, il s'agit de donner la parole à la peinture [amener la peinture à l'expression], c'est-à-dire de créer la béance : la toile peinte ne peut parler que si elle forme ouverture, béance, bouche.
La toile vierge du commencement n'est donc pas à proprement parler un vide.
Le vide, la trouée, ce par quoi pourra parler la peinture [l'organe de sa parole], c'est au contraire le résultat. La fabrication du tableau consiste précisément à pratiquer cette ouverture dans l'épaisseur de sa chair, à ouvrir la fente par où pourra surgir l'être.
La toile peinte s'assimile alors à une bouche symbolique [organe de la parole et de la saveur] qui parle pour autant qu'elle met la réalité en perce. Elle accède à la parole si le travail réussit à laisser venir ce qui parle en elle [le désir qui l'a façonnée]. Peindre requiert pour cela de garder le fil du désir initial, et s'apparente à écrire et suivre l'histoire de ce désir [peindre, c'est faire – poétiser – le désir].
La toile peinte est enfin un faire devenu, un devenir révélé. La parole qu'elle manifeste y offre à la rumination le devenir de l'être comme expression du désir : le désir se produit dans le devenir du tableau [advient et s'y met en scène]. Là où parle la toile, il y a écoute, il y a rencontre. La toile est dialogue [dialectique].
La toile accède à l'expression à l'occasion d'une rencontre de singularité à singularité [chair à chair]. Dans cette rencontre, la toile peinte offre à la manducation la saveur de l'être. A manducation symbolique, bouche symbolique : l'organe de cette manducation est l'œil – et par l'œil l'être entier, la chair entière. A la bouche qui parle répond la bouche qui goûte. Cette rencontre est l'histoire continuée du désir.

Ma peinture, si l'occasion lui est donnée de parler, voudrait donner l'être à goûter.

samedi 18 avril 2009

Philipp Chekler expose à la Maison du Japon

A l'occasion de l'exposition "L'esprit du budô" à la Maison du Japon, présentation de 4 œuvres issues de la fresque composée de 43 peintures inspirées de l'oeuvre de Miyamoto Musashi (célèbre samouraï maître de sabre du XVII siècle) "Le traité des cinq roues".

Renseignements
Exposition du 22 avril au 5 juillet 2009
du mardi au samedi de 12h à 19h
nocturne le jeudi jusqu'à 20h

Maison du Japon, 101 bis quai Branly 75015 Paris
Métro Bir-Hakeim

En savoir plus
Le site de Philipp Chekler : www.roidexperience3.com

mercredi 18 mars 2009

Texte de présentation de l'exposition

Ma peinture s'élabore comme une interrogation sur l'être. La toile peinte résulte du désir de trouver la forme où s'équilibre une potentialité, une intention, vague au départ. Peindre, c'est me rendre attentif à ce qui advient, sous l'impulsion d'un désir initial, dans le travail de la matière picturale.
La toile réalise – vise à réaliser – une harmonie qui se présente avec la même évidence qu'un étant doté d'autonomie, c'est-à-dire de singularité. La toile peinte tend à l'achèvement d'un être singulier et peindre, c'est me mettre à la disposition de cette singularité, à son écoute et à son service.
Cette écoute s'accomplit par le travail du désir dans la matière de la couleur, des liants, des pigments, des colles. La couleur, les éléments qui font la peinture sont sa chair et cette chair est, à l'image de l'humain, une béance, une ouverture sur un réel qui la traverse, toujours annoncé, chaque fois manqué.
Ce statut d'ouverture fait de la peinture une bouche symbolique, qui parle autant qu'elle tait – pour autant qu'elle tait. Dans le silence d'une telle parole se rumine le devenir de l'être comme expression du désir. Si la toile peinte parvient à l'expression, par la vertu d'une rencontre chair à chair, alors elle offre à la manducation – qui est, à travers l'œil, mais aussi à travers l'être entier, une écoute par la bouche – la saveur de l'être, devenu et encore à être.
Ma peinture voudrait restituer le goût de l'être.

mardi 17 mars 2009

L'affiche de l'exposition

Exposition "Le goût de l'être"
Du 23 avril au 10 mai 2009
Tous les jours de 10h à 19h30
Entrée libre
(Galerie fermée au public les 27, 28 et 29 avril)

Galerie Absoluty
3, rue Eugène Varlin - 75010 Paris
01 48 01 01 10

samedi 14 mars 2009

Les invitations au vernissage sont prêtes

Invitation (recto) Invitation (verso)
Soyez les bienvenu-e-s !

mardi 24 février 2009

Exposition à la Galerie Absoluty

Du 23 avril au 3 mai, exposition de mes travaux à la Galerie Absoluty, 3, rue Eugène Varlin, Paris 10ème. Ouvert tous les jours de 10h à 20h.

jeudi 1 janvier 2009

2009 - Pan dans la couleur !

samedi 29 novembre 2008

Mon espace sur ToastGallery

La galerie en ligne ToastGallery m'a ouvert un espace sur son site : http://bossennec.toastgallery.com. N'hésitez pas à le visiter et à laisser vos commentaires.

lundi 7 juillet 2008

De retour... avec un nouveau site !

Bonjour à tous.
Après bien des mois de silence, je reprends le clavier pour vous annoncer que mon nouveau site est désormais en ligne. Il présente davantage d’œuvres, de plus récentes, et se veut plus ouvert à l’échange et au dialogue autour de mon travail. J’espère avoir le temps de revenir poster ici de temps en temps.
Pour découvrir mes créations : www.bossennec.com.
A très bientôt donc !

jeudi 16 mars 2006

---

Vous sentez l'étau qui se resserre ? Le collier qui rentre à chaque mouvement un peu plus dans les chairs. Ne bougez plus, retenez votre respiration, économisez l'air qu'il vous reste.
Cela dit, pourquoi pleurer ? Peut-être, après tout, pouvons-nous laisser crever la bête de son propre cancer, de sa propre connerie. L'art sera toujours ailleurs.

mardi 14 mars 2006

---

Vertu longue naissance
Répertoire d'idées incendiaires qui culminent dans l'épuisement
Livide gueule de gargouille, tempête de merde dans le bocal crânien
Le bouclier des tronches qui donne la nausée du crime
Dents ébréchées du souvenir
Mémoire putassière qui dandine au nez des ruts
Vanité pleutre des ornières qui défilent le nez graissant la vitre
Que faire de soi quand on a donné sa vie à l'art ?
Que faire de soi quand on ne peut que
Déchoir jusqu'au lisier de la chair, là où elle finit, là où elle cingle vers le large, le sexe
Vers la chair chaussée de sabots coiffée de cornes
Ami de la nuit et des matins attablés aux terrasses, dans la joie fraîche de l'écriture
Avec la toile qui s'impatiente là haut et les couleurs qui tortillent dans leur écuelle
Couilles bourdonnantes du créateur qui va partir contre le blanc sévère
Ruée du con qui saisit et ne veut plus lâcher
Harmonie des bouches et des sécrétions
Glaise du désir
Créer : une giclée de sang

vendredi 10 mars 2006

Poésie interactive (2)

« Moi aussi, je veux écrire de la poésie!!!
- Rendez-vous ici ou ici !
N'hésitez pas à laisser vos textes en commentaire de ce post... On fera peut-être un recueil.
- Oh ! merci ManuB ! »

jeudi 9 mars 2006

Poésie interactive