Et si du monde de la « culture© » venait le prochain totalitarisme ?
Ah ! Les bruits de botte dans les couloirs de l'art, de la culture, du savoir !
Je me rappelle une réflexion de John Cage disant que l'art est incompatible avec la police... Mais nous n'oserons bientôt plus affirmer de telles platitudes. Demain se lèvera une aurore nouvelle, un monde nouveau, ou les brigades, milices et tout ce qui porte un galon ou un brassard veillera sur ce qu'il advient de ce que, autrefois, il y a longtemps, bien longtemps, on appelait encore les oeuvres de l'esprit.
Habituons-nous à entendre, en nous-mêmes, ce bruit gracieux des talons cadencés, de sorte qu'il ne soit bientôt plus utile d'inventer des dispositifs de surveillance, mais qu'il suffise de faire confiance à l'obéissance acquise, parce que nous aurons toujours, non plus la petite voix de la conscience qui nous tiraille parfois entre deux choix opposés, mais le ronflement bien appris, solidement ancré dans nos cortex et paléocortex, du pas collectif, militaire, de la marche acquise, entravée - ou mieux, le chahut de la descente de flics. Le succès des tyrannies dépend de la capacité des individus à troquer leur conscience contre un flic. Pas besoin de mettre un flic derrière chacun-e, il suffit de l'installer en lui-elle.
Habituons-nous dès à présent au pas de l'oie dans les musées, les salles de concert, les cerveaux.
Vous verrez, c'est comme une habitude, ça s'enracine sans douleur ! Eh, quoi ! Un chien s'accoutume à sa laisse, un cheval à sa longe, sa selle et son entrave.

http://www.debatpublic.net/Members/paigrain/blogue/DRMS